Hosei Erasmus Mundus Program Euro Pholosophy

Hosei Erasmus Mundus Program, Euro Pholosophy - Over the two academic years 2008-9 and 2009-10 at Hosei University, classes for the first semester of "Euro Philosophy", an EU Erasmus Mundus Master Program, have taken the form of one-month intensive lecture series. This is the first instance in Japan of administering such a large-scale intensive lecture series within the Erasmus Mundus Master Program.

syllabus

Syllabus de cours du module « Métaphysique » (2013)

□Rocco Ronchi (6 cours)
Vers l'immanence absolue

Introduction
• Le concept de "métaphysique"
• La métaphysique classique en tant que dépassement de l'expérience
• La métaphysique des modernes : l'expérience comme absolu
• Les deux lignes de la pensée moderne : 1) finitude et transcendance 2) infini et immanence absolue

Leçon 1
L'instauration du fondement de la métaphysique : L'introduction à la métaphysique (1903) de Bergson par rapport à Kant et le problème de la métaphysique de Heidegger (1929)

• L'ontologie fondamentale de Heidegger en tant que répétition de l'instauration kantienne du fondement de la métaphysique
• La finitude comme « vérité ontologique »
• L'essence finie de la connaissance (intuitus originarius et intuitus derivativus)
• La métaphysique comme anthropologie
• La question métaphysique fondamentale
• Concept et intuition dans Bergson
• L'intellect en tant que faculté de l'analyse dans Bergson
• La métaphysique en tant que science spéculative
Leçon 2
Le nouveau domaine d'origine pour l'instauration du fondement de la métaphysique: l'absolu comme infini. Au-delà de l'apriori de la corrélation universelle entre monde et conscience du monde
• Le principe de la corrélation universelle dans la pensée phénoménologique (Husserl)
• L'intentionnalité de la conscience
• La méthode bergsonienne et la réduction phénoménologique
• L'intuition bergsonienne comme connaissance absolue
• Les deux sens de l'absolu selon Bergson: l'infini actuel et l'infini potentiel
• Intuition, interprétation et création
• L'analyse infinitésimale comme modèle
• Les deux sens de l'absolu: science e métaphysique
Leçon 3
La critique bergsonienne de la métaphysique. La troisième conception de la causalité et la reformulation bergsonienne du principe de plénitude et de continuité
• L'illusion métaphysique fondamentale: l'idée du néant
• La déconstruction bergsonienne de la question guide de la métaphysique
• Le concept bergsonien de causalité métaphysique
• La psychologie postulée par la métaphysique classique (la notion aristotélicienne d' "intellect agent")
• La reformulation bergsonienne du principe de plénitude
• La fondation du monisme absolu
Leçon 4
L'absolutisation du devenir et la question de la individuation
• Le problème du "continu" (Bergson et Aristote)
• La nature paradoxale de la "limite"
• La conception prédicative du devenir (Aristote)
• Le devenir comme acte pur (Bergson)
• Le mouvant et le cogito
• L'esprit en tant qu'effort
• La différence comme actualisation (le virtuel)
• Le vivant comme activité d'individuation permanente (Bergson e Simondon)
• Les deux multiplicités
Leçon 5
La fondation du matérialisme spéculatif
• La matière comme « ensemble des images »
• La notion d' « image en soi »
• Bergsonisme et phénoménologie
• L'aporie phénoménologique
• La notion de « champ transcendental impersonnel »
• La notion ruyerienne de « surface absolue »
• La notion deleuzienne de « plan d'immanence »
Leçon 6
L'acte du vivant
• Le vivant en tant que acte pure
• Acte et mouvement
• Praxis et Poiesis (Aristote)
• La critique bergsonienne du dispositif puissance/acte
• Grammatique et pragmatique du vivant
• La notion de « schème dynamique »
• Le syllogisme disjonctif

Bibliographie

• Henri Bergson, L'Évolution créatrice, (chap. IV), Œuvres, Puf, Paris 1959
• Henri Bergson, Matière et mémoire, (chap. I), Œuvres, Puf, Paris 1959
• Henri Bergson, Introduction à la métaphysique, Œuvres, Puf, Paris 1959
• Henri Bergson, Histoire de la mémoire et de la métaphysique, (1° et 2° conférences), « Annales bergsoniennes », II, Bergson, Deleuze, la phénoménologie, Puf, Paris 2004
• Henri Bergson, L'effort intellectuel, dans H. Bergson L'énergie spirituelle, Œuvres, Puf, Paris 1959
• Gilles Deleuze, Cinema 1. L'image mouvement, Minuit, paris 1983 (chap. I, IV)
• Martin Heidegger, Kant et le problème de la métaphysique, (chap. I et IV), Gallimard, Paris 1953
• Martin Heidegger, Qu est-ce que la métaphysique?, Nathan, Paris 1998
• Pierre Montebello, Deleuze, Vrin Paris 2008
• Raymond Ruyer, Néofinalisme, Puf, Paris 2012 (chap. IX et X)
• Jean Paul Sartre, La Transcendance de l'Ego, Vrin, Paris 1978


□Izumu Suzuki (3 cours)

Cours 1 : ...
Cours 2 : ...
Cours 3 : ...

Bibliographie
...

□Hisashi Fujita (3 cours)
Métaphysique et métaphore

La métaphore est souvent considérée comme un pire ennemi de la philosophie, qui nous égare en barrant le chemin vers une compréhension rigoureuse de la vérité. D'après la définition la plus célèbre qu'a proposée Dumarsais en 1730, la métaphore est « une figure par laquelle on transporte, pour ainsi dire, la signification propre d'un mot à une autre signification qui ne lui convient qu'en vertu d'une comparaison qui est dans l'esprit ». Or, un philosophe français définissait l'intuition philosophique comme une « sympathie par laquelle on se transporte à l'intérieur d'un objet pour coïncider avec ce qu'il a d'unique et par conséquent d'inexprimable » (Henri Bergson, Introduction à la métaphysique). Nous partons à une recherche aventureuse pour se demander s'il y a un rapport dissimulé et complexe certes mais fondamental, un des « transports amoureux » pour ainsi dire, entre le métaphysique et le métaphorique.

Plan du cours (provisoire)
1. La complicité de la métaphysique et de la métaphore (d'Aristote à Heidegger)
2. La métaphore et l'analogie (Bergson)
3. Débat contemporain autour de la métaphore (Ricœur vs. Derrida)

Bibliographie
Cours 1. Aristote, Poétique, Rhétorique.
Cours 2. Bergson, La pensée et le mouvant.
Cours 3. Ricœur, La métaphore vive. Derrida, « La mythologie blanche », « Le retrait de la métaphore ».

□Vincent Giraud (3 cours) :
Le temps chez saint Augustin

L'un des aspects les plus fameux de la pensée de saint Augustin (354-430) est à coup sûr la compréhension qu'il propose du temps. La philosophie contemporaine reconnaît à l'évêque d'Hippone le mérite d'avoir, bien avant Husserl, et sous le nom de distentio animi, conçu la temporalité comme acte de l'esprit, procédant de la sorte à une véritable « subjectivation » du temps.
Néanmoins, pour révéler toute sa portée philosophique, le célèbre livre XI doit être replacé dans le mouvement d'ensemble des Confessions. Or, celles-ci se présentent avant tout à nos yeux comme le parcours herméneutique d'un ego en quête de sa propre vérité en Dieu, et donc comme chemin d'accès vers une interprétation authentique de soi et du monde.
Il s'agira alors, au fil ce ces trois séances, de rendre raison de l'ensemble de la conception augustinienne du temps à partir de sa dimension herméneutique. Le temps apparaîtra ainsi en son fond comme déploiement de la signification, à partir de laquelle se décide, dans le comprendre et l'interpréter, le destin propre de l'ego.


Première séance : Le phénomène du temps : Quid est tempus ?
Deuxième séance : Temporalité et existence : Distentio
Troisième séance : Temporalité et salut : Extensio


Indications bibliographiques

AUGUSTIN, Confessions, trad. Tréhorel et Bouissou, Paris, Bibliothèque augustinienne (BA),13 et 14, Paris, Institut d'Études Augustiniennes, 1998.
PLOTIN, traité 45 (Ennéades, III, 7), in Traités 45-50, trad. sous la direction de Luc Brisson et Jean-Frnaçois Pradeau, Paris, GF Flammarion, 2009, p. 13-126.


BOCHET (I.), « Variations contemporaines sur un thème augustinien : l'énigme du temps », Recherches de science religieuse, 2001, 89-1, p. 43-66
FISCHER (N.), « Confessiones XI. "Distentio animi". Ein Symbol der Einflüchtung des Zeitlichen », in N. Fischer & C. Mayer, Die Confessiones des Augustinus von Hippo. Einführung und Interpretation zu den dreizehn Büchern, Freiburg-Basel-Wien, Herder, 1998, p. 489-552
FLASCH (K.), Was ist Zeit ? Augustinus von Hippo. Das XI. Buch der Confessiones. Historisch-philosophische Studie. Text, Übersetzung, Kommentar, Frankfurt a. M., Klostermann, 1993
GUITTON (J.), Le temps et l'éternité chez Plotin et saint Augustin, Paris, Vrin, 2004 [1933].
MARION (J.-L.), « Le temps ou l'événement », in Au lieu de soi, op. cit., Chap. V, p. 261-313.
O'DONNELL (J. J.), Commentary on Augustine's Confessions, 3 vol., Oxford, Clarendon Press, 1992
RICŒUR (P.), « Les apories de l'expérience du temps : le livre XI des Confessions de saint Augustin », in Temps et récit, I, Paris, Seuil, 1991 [1983], p. 21-65
ROMANO (C.), « Augustin et la subjectivation du temps », in L'événement et le temps, Paris, PUF, 1999, p. 90-124.